" Nous ne saurons pas ".

J’ai toujours été convaincue que je me fichais d’avoir deux enfants du même sexe. Je ne n’en ai jamais fait une obsession ni même un problème à vrai dire ; l’essentiel pour moi, était d’avoir des enfants en bonne santé et heureux. Toutefois, j’ai toujours rêvé de deux enfants d’âges rapprochés. Huit années me séparent de mon petit frère et je peux vous assurer que j’en ai longtemps voulu à mes parents. J’ai toujours été seule, unique mais j’ai aussi développé une certaine indépendance et un goût prononcé pour la solitude et le silence. 

Mes amies elles, trouvent ça sympa d’avoir des enfants de sexes différents, comme pour respecter une sorte de parité du cœur ou pour combler les vides et les manques laissés par une mère peu attentionnée ou un père beaucoup trop absent. Moi, je n’ai jamais manqué d’amour ni d’attention, c’est sans doute la raison pour laquelle je m’en fiche ? J’ai juste manqué de confiance en moi et ça, personne n’en est responsable.

Hier pourtant, je lui ai demandé s’il préfèrerait une deuxième fille ou un garçon. Il n’a pas osé me dire ce qu’il pensait véritablement mais j’ai conclu pour lui. Chiara est Chiara. Elle est unique. L’amour ne l’est pas lui. Adolescent, on pense qu’il est irremplaçable, à 20 ans on aimerait qu’il dure plus de trois ans et à 30 on espère qu’il ne disparaisse jamais.

Je n’ai pas honte de dire que je flippe de ne pas aimer ma deuxième fille comme j'aime Chiara. Qui osera dire qu’il n’y a jamais pensé ? Un garçon serait en effet un bon compromis pour ne pas avoir à se poser la question. Un garçon ce serait tellement facile. La fille à son papa et le fils à sa maman. Oui, un garçon ce serait tellement plus facile...

Là, j’ai compris pourquoi certaines en faisaient une véritable obsession.

Une amie enceinte d'un deuxième garçon m’a dit qu’elle avait peur de trahir son premier enfant en quelque sorte. Et, ça, j’avais peur de l’avouer. Mes vraies amies sont celles qui arrivent à dire tout haut ce que je pense tout bas. Partager son amour, son envie, son désir, son besoin a toujours été vécu comme une haute trahison pour le premier - comme si cette position le rendait immuable et éternel. C’est aussi ce que peuvent ressentir les femmes ou les hommes trompés.

La jalousie du premier nait donc au moment où il réalise que l’amour qu’on lui porte n’est pas irremplaçable et qu’il se doit d’être partagé et ce, à valeur égale.

Moi, j’ai tenu 8 ans en pensant que je serai toujours la première et donc unique. J’ai crevé de jalousie à la naissance de cet être que j’ai tout de suite considéré comme un arriviste et un imposteur. Pourtant, c'est moi qui ai demandé un petit frère pour mon anniversaire.

Puis, il y a eu l’adolescence et le premier amour, celui qui devait durer toute la vie mais qui a duré 9 mois – Sacrée coïncidence. J’ai donné naissance à une certaine lucidité quand il est parti pour une autre. L’amour ne dure donc ni 3 ans, n’est pas non plus irremplaçable et il disparaît aussi.

Aujourd’hui, avoir un second enfant me fait peur même si j’en meurs d’envie. J’ai l’impression d’être faite pour être mère et d’avoir enfin trouvé un être d’accord pour recevoir mes mots et cet amour qui déborde de moi – J’en ai tant à donner, à partager.

« Tu veux une fille ou un garçon ? » - Je lui ai demandé hier.

Il n’a pas osé me dire ce qu’il pensait véritablement. Chiara est Chiara. Elle est unique mais nous savons si bien partager. La colère, la rage, l'espoir, l’envie, le désir. Nous connaissons l’absence, le manque, la distance et le besoin. Nous avons tout vécu et cette fois, c’est ensemble que nous avons conclu...

« Nous ne saurons pas le sexe. La prochaine fois ».

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Elodie-Jelena

Je m'appelle Elodie-Jelena, j'ai 28 ans et je travaille depuis plusieurs années dans le domaine de la communication et du marketing mais ma véritable passion est l'écriture. Amoureuse des images et des mots depuis toujours, je suis aussi aussi la maman de Chiara née en avril 2016. Découvrez les bribes de notre petite vie de famille douce et sauvage grâce à mes chroniques (sans filtre) sur la maternité, l'éducation bienveillante et positive. Découvrez aussi mes coups de cœur puériculture, mode enfant et lifestyle.

Commenter cet article