Le temple de mon esprit.

Mon très cher Corps,

Nous voici à sept jours de ton vingt-huitème anniversaire et il faut dire que tu as pris cher cette année. Tu as connu l’effet yo-yo, tu as eu des envies, des pulsions, tu as été excessif et complètement écœuré, tu as été habillé de petites robes puis de gros pulls informes mais c'est ensemble que nous avons traversé les saisons et franchi les étapes les plus importantes de ma vie de femme. Tu n'as rien lâché et tu as même pensé à m'épargner les nausées et les remontées acides. Tu as gâché nos dernières vacances à deux et demi car Ventre souffrait et Coeur avait peur de la perdre mais tu as tenu bon.

Toi mon corps, j’ai tant pris soin de toi, je t’ai badigeonné de crème pour que tu ne souffres pas trop, l’Amoureux t’a massé tous les soirs sans broncher et j’ai même fait attention à bien te nourrir. Tu avais mon monde en toi.

Toi mon corps que j’ai longtemps détesté car tu ne ressemblais pas à mon idéal, toi mon corps qui porte encore et pour toujours les traces de la maladie, de l’angoisse et de la peur de la mort. Toi mon corps abîmé par la rééducation, les opérations, la vie; je t’ai offert l’année dernière un cadeau éternel; trois douces fleurs de lotus qui symbolisent ta victoire, notre victoire sur la vie. Prend bien soin d’elles, elles représentent tant pour moi.

Il a fallu dix mois pour que tu me rendes la pareille en m’offrant ma taille d’avant, mon 38/40 bien assumé. J’ai retrouvé mes jeans taille haute, mes slims déchirés mais ce sont ces petites robes de grossesse qui me manquent le plus aujourd’hui.

Toi mon corps trop capricieux et trop faignant, trop passionné et trop dynamique, tu me surprendras toujours. Où trouves-tu toutes ces ressources après ce que nous avons traversé tous les deux ? Cerveau lui, se fait si souvent la malle... 

Je te promets de t’épargner un peu plus, de prendre soin de toi comme tu as pris soin de Chiara. Néanmoins, je ne te promets pas d’être capable d’arrêter de fumer, non, j’en ai trop besoin en ce moment. Tu sais mieux que personne comme la vie est dure et nous pousse à nous surpasser davantage, quand nos genoux, eux, sont déjà à terre.

Je te promets de te nourrir de légumes et de fruits pour que tu ne m’abandonnes pas le matin sur le quai du métro comme tu l’as déjà fait plus d’une fois. Je te promets d’apprendre à aimer le chocolat pour que tu ne connaisses pas de déprime et de calmer mon addiction au sel.

Toi mon corps qui a donné la vie et qui, grâce à sa chaleur a su calmer et endormir mon enfant mieux que moi, toi mon corps qui a veillé sur elle durant des nuits entières passées en tête à tête et en corps à coeur; tu portes en toi cette odeur qu’Elle serait capable de reconnaître parmi un milliard d'autres odeurs.

Toi mon corps qui malgré l'épuisement, aimerait déjà renouveler le bail pour accueillir un nouvel habitant malgré la patience légendaire de Cerveau qui essaie de te convaincre que ce n'est pas le moment et Coeur qui soutient corps et âme que si. 

Toi mon corps, tu as été beaucoup trop capricieux mais je t’ai pardonné. Toi mon corps qui fut le toit de mon enfant durant neuf mois, oui, je t’ai pardonné.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Elodie-Jelena

Je m'appelle Elodie-Jelena, j'ai 28 ans et je travaille depuis plusieurs années dans le domaine de la communication et du marketing mais mon véritable rêve est de devenir écrivaine! Amoureuse des images et des mots depuis toujours, je suis aussi aussi la maman de Chiara Mila née en avril 2016. Découvrez les bribes de notre petite vie de famille douce et sauvage grâce à mes chroniques (sans filtre) sur la maternité, l'éducation, la parentalité mais aussi au travers les Interviews des lectrices...
Voir le profil de Elodie-Jelena sur le portail Overblog

Commenter cet article