Mes quatre films préférés.

Depuis l’arrivée de Chiara, les sorties au cinéma sont devenues rares (inexistantes ?). Je suis de plus totalement contre le téléchargement en espérant que cet acte individuel puisse aider à sauver l’industrie du cinéma (je vous avais dit que j’étais optimiste !).

Bien sûr, j’ai une dizaine de films préférés et le choix fut très difficile...  Je déteste la science-fiction et les films de guerre... Quand je regarde un film, j’ai besoin d’être émue, touchée, remuée… J’ai besoin de ressentir des émotions et des sentiments qui me font aussi un peu rêver et surtout qui me font réfléchir, qui me poussent dans mes retranchements intellectuels et qui aspirent à des morales positives. Il en va de même pour la lecture.

J’ai aussi besoin de temps en temps de rire, de légèreté, de détente, de faire passer le temps devant une bonne comédie romantique hyper girly; confortablement installée sous ma couette avec une grosse tasse de thé.

J’espère que vous aurez l’occasion de visionner ma petite sélection car malgré la difficulté du choix, ces cinq films sont vraiment, vraiment, mes quatre films préférés. N’hésitez pas à me laisser un commentaire ici ou sur Instagram pour partager avec moi votre sélection. 

La parade (ou Parada).

Pitch : En voulant sauver son pitbull chéri et contenter sa fiancée capricieuse, Lemon, parrain des gangsters de Belgrade, se voit obligé d’assurer la sécurité de la première GayPride de Serbie. Pour l’aider dans cette mission impossible, il part à la recherche d’anciens mercenaires. Serbes, musulmans, bosniaques, albanais du Kosovo et combattants croates se retrouvent aux côtés des militants homosexuels. Comment cet équipage hétéroclite qui n’aurait jamais dû se rencontrer va-t-il arriver à transcender les frontières et leurs différences ?

Forcément, je me devais d’inclure à ma sélection un film serbe. Pas par nationalisme non, mais plutôt par fierté. Avant de tomber sur ce film totalement par hasard sur Arte il y a quelques mois, je ne connaissais pas du tout le cinéma serbe. La parade a complètement bousculé la vision que j’avais de mon pays de cœur. En effet, la Serbie a vécu la guerre et reste malheureusement très limitée en ce qui concerne les différences ; qu’elles soient culturelles ou religieuses. L’homosexualité donc, reste un sujet extrêmement tabou. J’ignore si beaucoup de serbes ont osé se faire violence et regarder ce film (pourtant récompensé) mais je rêve de voir mon pays en paix et un peu plus ouvert d’esprit. Les dialogues avec certains membres de ma famille « au pays », sont souvent compliqués et donnent toujours lieu à de petites querelles dues à des divergences d’avis et des façons totalement différentes de penser et de vivre. Souvent, je ne préfère pas aborder certains sujets pour éviter les polémiques.

Ce film a bousculé les codes, a remué le couteau dans la plaie et a mis de l’eau dans le gaz au sein d'une société trop fermées aux changements, à l’évolution et à l’émancipation. J’ai été aussi touchée par la caractère innovant de ce style de film moderne et très frais. La parade, met les pieds dans le plat sans pudeur et sans exagération aucune. L’humour présent dans le film est typique malgré les traits caricaturés des personnages (grossiers, racistes, enveloppés, vulgaires...). Lemon, Nikola Kojo, est parfait dans son rôle d’ours mal léché au cœur de pierre (en apparence !). J’ai été très émue de suivre son évolution personnelle tout au long du film et de constater que c’est bel et bien « l’inconnu qui nous fascine et nous inquiète ».

Two lovers.

Pitch : New York. Leonard hésite entre suivre son destin et épouser Sandra,la femme que ses parents lui ont choisi ou se rebeller et écouter ses sentiments pour sa nouvelle voisine, Michelle, belle et volage, dont il est tombé éperdument amoureux. Entre la raison et l'instinct, il va devoir faire le plus difficile des choix...

Voici un film bien torturé comme je les aime avec un casting très «caliente». Ambivalence, ambiguïté et passion sont les maîtres mots ici. Les rôles sont travaillés, recherchés et touchants. La «folie douce»  et l’instabilité de Michelle (Gwyneth Paltrow), la douceur et la régularité de Sandra (Vinessa Shaw) et le charisme de Léonard (Joaquin Phoenix)  sont un véritable cocktail explosif pour les yeux.  Si j’ai aimé ce film, c’est sans doute parce que je me reconnais facilement en ces 2 femmes qui ont deux mentalités, deux visions de l’amour et deux caractères diamétralement opposés. Malgré leurs différences flagrantes, l’amour les pousse à avoir le même combat: être la seule, l'unique.

Ce film fait réfléchir sur l’amour et sa «pratique» au quotidien. Doit-on changer pour être «plus» aimée de l'autre, doit-on user de mensonges pour être unique ? Doit-on au contraire, se mettre en recul pour créer le manque ? Dans tous les cas, Two lovers est film très agréable à regarder, seule sous la couette avec un bol de glace.

Petit + : La scène dans le restaurant avec cette chanson de Moby dont je suis complètement FAN : «I love to move in here» qui vient détendre un peu l’atmosphère très sérieuse et parfois peut-être lourde du film.

Captain Fantastic.

Pitch : Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à faire de ses six jeunes enfants d’extraordinaires adultes. Mais quand le destin frappe sa famille, ils doivent abandonner ce paradis qu’il avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et remettre en cause tout ce qu’il leur a appris.

Attention …. GROS coup de cœur. J’ai rarement été autant bouleversée, touchée et affectée (positivement) par un film. Je le suis sûrement autant, car je suis maman à présent et forcément, je suis sensible aux questions liées à l’éducation. Bien sûr, ce film est sujet aux controverses et aux débats mais on s’en fout dans le fond. Nous sommes là devant une famille endeuillée par le décès brutal de l’épouse et de la mère qui va remuer ciel et terre (c’est le cas de le dire) pour assister aux funérailles de cette dernière. Ce film bouscule car il traite de la surconsommation, de l’éducation, des nouvelles technologies, de la religion, du savoir et de la philosophie. Il est tout à fait logique donc qu’on ne puisse pas être d’accord avec toutes les idées véhiculées par le film, qui peuvent aussi tout à fait susciter des débats virulents (religion, blasphème, apprentissage souvent dans la violence : chasse, vol…). Néanmoins, le but du film est plutôt de pousser la réflexion plus loin, de voir au-delà de tout ce qui forme notre société actuelle pour revenir aux essentiels.

Aucune prise de parti ni de position, chaque façon de vivre est logée à la même enseigne : avec ironie, humour et dérision sont au rendez-vous. Puis, Viggo Mortensen incroyablement tendre et dur à la fois excellent choix de casting!

Old Boy.

Pitch: A la fin des années 80, Oh Dae-Soo, père de famille sans histoire, est enlevé un jour devant chez lui. Séquestré pendant plusieurs années dans une cellule privée, son seul lien avec l'extérieur est une télévision. Par le biais de cette télévision, il apprend le meurtre de sa femme, meurtre dont il est le principal suspect. Au désespoir d'être séquestré sans raison apparente succède alors chez le héros une rage intérieure vengeresse qui lui permet de survivre. Il est relâché 15 ans plus tard, toujours sans explication. Oh Dae-Soo est alors contacté par celui qui semble être le responsable de ses malheurs, qui lui propose de découvrir qui l'a enlevé et pourquoi. Le cauchemar continue pour le héros.

J’ai pris une véritable claque face à ce réel chef d’œuvre. Passionnée par la littérature asiatique, et plus particulièrement japonaise (Haruki Murakami), je me devais de découvrir le cinéma asiatique. Ames sensibles d’abstenir, ce film est très violent. Aussi bien dans les scènes de combat que dans la torture psychologique infligée aux trois acteurs principaux… C’est un film assez sombre même si quelques touches d’humour viennent apaiser la lourdeur de l’ambiance et de l’atmosphère du film.

Ce film est à regarder deux ou trois fois pour comprendre toutes les subtilités du cinéma Coréen. De plus, la beauté des images, les musiques viennent alourdir le climat de vengeance propre au film. Il y a, malgré la noirceur de ce film, quelque chose de très poétique, dérangeant et doux qui nous pousse à ressentir de la pitié et de l’affection pour le personnage principal très violent et agressif. Il est évident que si vous aimez surtout les comédies romantiques, ce film ne sera pas du tout fait pour vous.

Je ne pense pas non plus en faire mon style favori mais parfois, il est nécessaire de voir plus loin que le bout de son nez et le fait que ce film soit dans ma sélection le prouve à merveille !

-

J'espère que vous avez apprécié cette chronique. En tout cas, moi, j'ai pris beaucoup de plaisir à vous dévoiler mes quatre films préférés. J'attends avec impatience de découvrir votre sélection ici ou sur Instagram.

Je vous embrasse.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Elodie-Jelena

Je m'appelle Elodie-Jelena, j'ai 28 ans et je travaille depuis plusieurs années dans le domaine de la communication et du marketing mais mon véritable rêve est de devenir écrivaine! Amoureuse des images et des mots depuis toujours, je suis aussi aussi la maman de Chiara Mila née en avril 2016. Découvrez les bribes de notre petite vie de famille douce et sauvage grâce à mes chroniques (sans filtre) sur la maternité, l'éducation, la parentalité mais aussi au travers les Interviews des lectrices...
Voir le profil de Elodie-Jelena sur le portail Overblog

Commenter cet article

Christelle 01/03/2017 12:10

J'aime bien cet article et je pense que je voudrais voir Two lovers. Selon le résumé, je suis presque sûre que je vais l’aimer. Je suis comme vous pour les films, j'ai besoin d’être émue lorsque j'en regarde un, il faut vraiment qu'il marque mon esprit et me fasse rêver.
Je crois que j'aimerais bien également voir Old Boy et Captain Fantastic.

Geraldine 13/02/2017 12:36

Bonjour, merci pour le partage. Dans Les 4 que tu cites, je n'ai vu que Old boy. Spontanément je dirais que mes films préférés sont :Will Hunting ( sur les rencontres qui peuvent changer une vie) et Incroyablement fort, Extrêmement près ( sur la magie de l'amour d'un père pour son fils sur fond du 11 septembre). Il y en a d'autres que j'ai aimé mais ce sont ceux là qui m'ont le plus marqué. Bonne semaine à vous