Dans 30 jours, j’aurai 28 ans.

Chaque matin, c’est la course. J’enfile ma cape de Wondermum et je pars pour les mêmes aventures.

Le réveil sonne à 7h20 (oui, ces 20 minutes sont très importantes) et j’ai exactement une heure pour m’habiller, me maquiller, avaler un truc qui traîne dans le placard, préparer le biberon, réveiller Chiara, lui faire une mini toilette, l’habiller et la nourrir avant d’aller la déposer chez l’assistante maternelle. Parfois, elle se réveille avant moi et c’est là que tout se corse. Chiara me suit alors aux toilettes, dans la cuisine puis dans la salle de bain et assiste impassible à mon pipi du matin, à ma furtive séance de mise en beauté et à ma déprime face à mon armoire que je trouve trop vide malgré les boules de vêtements qui en tombent.

L’organisation du matin a toujours été une source de conflit entre mon mari et moi car je suis seule. Lui la récupère à 17h30 propre, rassasiée et il n’y a pas grand-chose à faire mise à part jouer avec elle et profiter de ces instants ensemble. J’ai souvent été envieuse, je lui en ai souvent voulu et j’ai aussi beaucoup culpabilisé de travailler autant. J’ai l’impression de n’être qu’une machine. Pourtant, en discutant avec des amies, j’ai réalisé que c’était un sacré luxe de pouvoir récupérer son enfant à 17h30. Chiara crée un véritable lien avec son papa et ça, ça n’a pas de prix; surtout de nos jours où le travail prend une place beaucoup trop importante dans notre quotidien et influe sur le couple.

Ces difficultés permettent néanmoins de revoir ses priorités et son organisation quotidienne. Ainsi, la tenue de Chiara est choisie la veille, le repas est souvent prêt lorsque je rentre, le bain est donné et la maison rangée. Chacun a ses tâches attitrées et c’est parfois digne d’une organisation militaire. Il a fallu oublier notre côté cool et notre tendance à la procrastination. La spontanéité d’un enfant remet vite les pendules à l’heure et nous pousse à nous surpasser chaque jour.

J’apprends la patience, qualité dont je ne disposais absolument pas avant d’avoir un enfant et j’apprends aussi à faire face à des situations que que l’on ne peut pas anticiper. J’apprends à vivre au jour le jour finalement. Souvent, j’ai été terrorisée à l’idée de ne pouvoir planifier, organiser, prévoir, anticiper, souvent j’ai été prise d’une crise de larmes et d’un vilain sentiment d’impuissance, souvent, j’ai appelé F. à la rescousse car j’avais peur de mal faire ou de faire tout court (surtout après son congé paternité).

Souvent, je n’ai pas cru en moi et souvent j’ai douté.

Chiara aura 10 mois dans 3 jours et moi, je soufflerai mes 28 bougies dans 30 jours. A quelques jours de mon anniversaire, je ne doute plus, du moins, je doute moins. Chiara a amené dans ma vie l’envie et le besoin de croire en moi. Quand elle souhaite marcher mais qu’elle tombe, lorsqu’elle se relève en rigolant, lorsqu’elle se cogne sur la table mais qu’elle y retourne quelques secondes plus tard, lorsqu’elle rit quand je m’essaie à l’autorité et lorsqu’elle me tend les bras quand je passe le pas de la porte.

On sait ce qu’un enfant apporte dans nos vies mais on oublie souvent la femme que nous étions avant.

Pour ma part, je trouve que j’étais très heureuse mais que je n’en n’avais pas véritablement conscience.  Je menais une vie ponctuée de bonheurs simples mais je n’allais pas chercher plus loin, je n’avais pas soif de vivre. Je me contentais de très peu et l’avenir ne m’importait guère. J’étais bloquée par des peurs ridicules et je ne savais pas me réjouir de ce que j’avais entre les mains. Elles étaient là pourtant mes richesses.

Aujourd’hui, 10 mois après la naissance de ma fille, chaque jour est une victoire sur moi-même et souvent, je suis fière de moi. Bien sûr, ces victoires sont personnelles et relatives, nous n’aurons sans doute jamais les mêmes mais elles comptent. Voilà c’est ça : Chiara fait que chaque jour compte.

J’ai oublié de compter les jours qui me séparent d’une vie tant rêvée, je compte à présent les secondes qui me rapprochent d’elle. Chaque jour, nos cœurs sont connectés, en fusion l’un pour l’autre et impatients de se retrouver et de s'enlacer. Même mon corps bat pour elle.

Dans 3 jours tu auras 10 mois et une vie ne suffira pas à te dire comme je t’aime et comme je suis reconnaissante que tu m’aies choisie pour être ta maman. Dans 30 jours, j’aurai 28 printemps et rien n’aura changé même si tout est différent.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Elodie-Jelena

Je m'appelle Elodie-Jelena, j'ai 28 ans et je travaille depuis plusieurs années dans le domaine de la communication et du marketing mais mon véritable rêve est de devenir écrivaine! Amoureuse des images et des mots depuis toujours, je suis aussi aussi la maman de Chiara Mila née en avril 2016. Découvrez les bribes de notre petite vie de famille douce et sauvage grâce à mes chroniques (sans filtre) sur la maternité, l'éducation, la parentalité mais aussi au travers les Interviews des lectrices...
Voir le profil de Elodie-Jelena sur le portail Overblog

Commenter cet article

Christelle 28/02/2017 12:41

Bonjour,
J'ai bien aimé votre article, mais il y a une chose qui m’a intrigué. Vous arrivez à faire tout cela en seulement une heure le matin ? Je trouve que c'est plutôt incroyable. Personnellement, je me lève tous les matins à 5 h 30 pour me préparer, manger, faire le petit-déjeuner de mon mari, mais aussi laver et habiller mon fils et le faire manger.

Christelle 03/03/2017 05:14

Hello, je comprends, en effet. Chez nous, c'est différent, car on mange tous avant de sortir. ;-) Je dois donc tout préparer !

Elodie-Jelena 01/03/2017 07:51

Bonjour Christelle!
Chiara n'a que 10mois donc le bain à lieu le soir et nous souhaitons que ça reste ainsi pour les années à venir (plus pratique et meilleur pour le sommeil selon nous) :)
Je ne prends pas de petit dej et mon mari se lève à 4h30 puisqu'il commence à 6h. Donc pas de préparation de petit dej pour lui. Je bois aussi mon café au travail. Ceci me fait gagner du temps, me fait faire des économies et ces 5mn de gagnées, je les passe avec ma fille. En faisant de petites concessions on peut s'organiser différemment et ainsi être moins stressé !
Bisous et belle journée !