Alerte: maman est débordée !

J'ai du mal à concilier ma vie de maman et ma vie de femme. Syndrome très paradoxal pour quelqu'un que l'on décrit de façon amusée comme "la femen de la maternité" (blague qui me fait rarement rire d'ailleurs). Il paraît que les cordonniers sont les plus mal chaussés. 


Suite à la parution de mon portrait sur Mylittlekids.fr, j'ai reçu un nombre incroyable d'e-mails. Des témoignages poignants, émouvants, bouleversants ou de simples messages d'encouragement. Tous ces mots me font du bien et m'encouragent à continuer, à ne rien lâcher. Dans mes réponses, j'évite habilement de dire qu'en ce moment c'est dur et que je n'ai pas ce "bon courage" que l'on me souhaite si gentiment. Il est dur d'y croire, se faire confiance, essuyer des échecs ou se réveiller avec cette vilaine impression de stagner, de ne pas avancer, supporter les gens, ceux qui ont de la chance et ceux qui ont plus de couilles que moi.


Il y a de belles lueurs d'espoir néanmoins. Mon agenda se rempli peu à peu d'articles à pondre. Des sujets joyeux et optimistes, des sujets qui ne sont pas spécialement ma tasse de thé mais qui me passionnent (dans le fond). Quand je les écris, j'ai l'impression d'être ce personnage fictif qui prend vie sous mon stylo. J'ai l'impression d'exister pour toujours.


Les SMS que j'envoie en réponse à ceux reçus il y a 30 jours sont des mots d'excuses. Je m'excuse d'être absente, de ne pas prendre de nouvelles, de ne pas prendre le temps pour les autres tout simplement. Je m'excuse implicitement d'avoir décidé de changer de vie, d'être l'égoïste-bienveillante dont je rêvais, celle qui ne vit que pour son rêve et sa famille. Pour une fois. Je n'assume pas encore ce nouveau trait de caractère et je rechute parfois en disant des "oui" pas très honnêtes ou en acceptant l'inacceptable.
Je le fais pour éviter d'être "la relou de service", "la dure" ou celle qui "plombe l'ambiance". 


Avez-vous remarqué comme il est dérangeant pour votre entourage de subir votre mutation personnelle ? Je le subis quotidiennement à cause de mon passé peu glorieux qui me suit comme un chien perdu et affamé.


Mon sourire semble forcément faux, mon rêve lui, trop fou pour être réalisé par "quelqu'un comme moi" et le sourire de ma fille est lié "à son caractère" et c'est tout. Je n'y suis pour rien moi. Selon eux.
Alors, doucement, j'ai fait une (longue) liste et j'ai coupé les ponts avec ceux qui me renvoyaient à cette image de moi révolue, celle que je souhaite oublier, celle que je ne suis plus.


Le bonheur parfois, ne doit pas se faire entendre des autres.


Depuis, je prends du plaisir à partager des cafés ou des cocktails avec des inconnus car ils s'en foutent pas mal de savoir qui j'étais avant Chiara. Son sourire constant exposé fièrement ici ou ailleurs suffit à faire comprendre à plus de 5000 personnes que c'est un peu grâce à moi aussi.


Il me reste quelques noms à rayer et peut-être alors, pourrais-je savourer cette renaissance.
 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Elodie-Jelena

Je m'appelle Elodie-Jelena, j'ai 28 ans et je travaille depuis plusieurs années dans le domaine de la communication et du marketing mais mon véritable rêve est de devenir écrivaine! Amoureuse des images et des mots depuis toujours, je suis aussi aussi la maman de Chiara Mila née en avril 2016. Découvrez les bribes de notre petite vie de famille douce et sauvage grâce à mes chroniques (sans filtre) sur la maternité, l'éducation, la parentalité mais aussi au travers les Interviews des lectrices...
Voir le profil de Elodie-Jelena sur le portail Overblog

Commenter cet article

Mathilde 07/12/2016 22:57

Merci