Je ne vous supporte plus !

J'ai lu les 572 témoignages reçus. Les mots me manquent pour vous remercier. Mon cœur est ému et touché par vos histoires, vos vies bouleversantes. Un témoignage m'a beaucoup fait réfléchir sur les comportements de l'entourage pendant la grossesse et après la naissance de bébé. Irène a écrit: "Ce type de remarques désobligeantes et malveillantes est courant, bien décrit dans beaucoup de livres que j'ai lus après. A mon avis c'est dû principalement au fait que la plupart des gens ne comprennent rien au fonctionnement physiologique et émotionnel d'un nourrisson et plaquent leurs idées de comportements adultes sur des comportements d'enfants".

C'est exactement ÇA.

Je pensais être trop sensible, trop émotive ou trop susceptible… Je me suis remise en question plus d’une fois, j’ai pleuré, hurlé et j’ai cassé des verres. Lors de ma dernière remise en question, j’ai compris que je n’y étais pour rien. Le problème c’est eux. Le problème ce sont ces femmes-là. Celles et ceux qui s’approprient ton enfant, te l’arrachent des bras sans même dire te bonjour ou simplement demander, se permettent de donner des avis qui n’intéressent qu’eux et qui s’expriment toujours de façon négative.

Sommes-nous là pour subir les états d’âme de femmes ménopausées en plein deuil intérieur ? Est-ce une clause tacite du contrat signé lors de l’accouchement ? Est-ce un stéréotype universel ?

Je ne supporte plus les phrases toutes faites telles que : « tu t’en fous, passe au-dessus, elles sont idiotes, ça va passer, c’est normal, c’est ainsi depuis la nuit des temps … ». Je ne les supporte plus parce que les accepter voudrait dire que la situation est normale, banale et que je dois m’en accommoder.

Je suis particulièrement agacée par ces comportements car réagir de façon calme et posée ne me ressemble pas. Je fais partie de la catégorie des grandes gueules. Je n’ai peur de rien et je me bats corps et âme pour certaines causes telles que les conditions de la femme et la tolérance. 

Là, je dois composer avec un caractère qui ne me ressemble pas, qui n’est pas à moi. Je souffre de devoir la fermer face à elles. Beaucoup de jeunes mamans m’ont écrit qu’elles avaient l’impression de s’être oubliées avec l’arrivée de leur bébé. Moi, j’ai l’impression de ne plus être moi. La Elodie passionnelle, loyale, juste et impartiale, combative et honnête a disparu. Je suis devenue une véritable victime.

J’ai longuement réfléchi à la raison pour laquelle je n’osais pas m’imposer face à elles. Je n’ai pas peur de les vexer ni de les froisser. Je n’ai pas peur de mettre de la distance ni de subir leur rancune. Non. J’ai peur qu’en leur avouant que je ne les supporte plus, elles transposent ma dureté sur mon rôle de maman. Les gens aiment tellement confondre les deux rôles… Ils s’en amusent même parfois et ça ne fait rire qu’eux. Il n’y a que les cons qui rigolent de leurs propres blagues.

La femme n’est pourtant pas la même maman et la maman n’est pas toujours cette femme-là.

Nous avons été des parents trop cool et trop relax dès le début, nous n’avons rien imposé à personne et ceci fut notre principale erreur. Toute est acquis, normal, banal à présent et nous sommes bloqués. Il est trop tard pour revenir en arrière. Je ne sais pas si F. a peur de son image de père mais moi j’ai peur. J’ai peur de dire non et passer pour la mère dure, intolérante et intransigeante alors qu’en tant que Femme, je suis tout le contraire.

Combien de temps dure ce complexe ?

Bien sûr, on me dira que j’ai la possibilité d’en parler calmement et que c’est la communication est l’unique solution. Rien n'est si simple pourtant. C’est un peu comme ces personnes qui me disent fièrement: « ba écris ton livre sur l’iPad si ton ordinateur ne fonctionne pas ! ».

Je prends ces "conseils" comme des phrases expéditives jetées au vol comme pour feindre une sorte d’intéressement et de compréhension. Je n’espère pas d’excuses. J’espère seulement ne plus être le dommage collatéral de leurs tournants.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Elodie-Jelena

Je m'appelle Elodie-Jelena, j'ai 28 ans et je travaille depuis plusieurs années dans le domaine de la communication et du marketing mais mon véritable rêve est de devenir écrivaine! Amoureuse des images et des mots depuis toujours, je suis aussi aussi la maman de Chiara Mila née en avril 2016. Découvrez les bribes de notre petite vie de famille douce et sauvage grâce à mes chroniques (sans filtre) sur la maternité, l'éducation, la parentalité mais aussi au travers les Interviews des lectrices...
Voir le profil de Elodie-Jelena sur le portail Overblog

Commenter cet article

Pascalini 22/12/2016 21:52

J'ai eu droit par cette maman , la maman de mon mari plus exactement a d'abord "ce n'est pas le fils de mon fils" "a des "il tombe malade par ce que tu le nourrit pas correctement " et aussi "c'est un capricieux il ne ressemblent vraiment aux petit garçons de notre famille " et puis a des " ce petit garçon est tellement beau et bien élever comme son papa " comment te dire que cette femme à briser 6 ans de ma vie qui m'as valut de passer par toute sorte de crise "couple, identitaire, de rôle en tant que femme et mère .." enfin bref tout sa pour dire qu'après avoir réussi à fissurer notre couple au point d'être presque mort il as fallut cette branche presque morte pour repartir de plus belle et avoir le courage de lui fermer son clapet après une discutions qui m'as valut avant sa plus de 6 brouillon notes 2 insomnie et sûrement plusieurs paquets de clopes pour enfin réussir à m'imposer .
Il c'est passer 8 mois depuis .. et je la supporte.
Elle fait tout pour me plaire, je m'en fout mais au moins elle as le mérite d'avoir repris la place qui lui appartener. La belle mère, la mamie POINT